Dieu que suis-je entrain de faire. Les yeux mi-clos, plus aucune notion de l'heure, je tappe. Des conneries, envie de dodo, tout le monde le sait, ça se voit, ça fait trop longtemps que je n'eus pas une vraie bonne nuit de sommeil. Ils disent que je suis pâle, que je donne l'impression d'aller mal: oui, j'ai un rhume de fous, et une gueule de bois de fous tout les matins, et des remords de fous, et un dégoût profond datant de je n'sais quand. Et, bientôt, des remords.

Je regarde cet homme que j'ai longtemps trouvé lamentable, je me dis non, ce n'est pas l'amour en face, qu'il est peut-être beau où que je ne suis pas dans mon état habituel. Je suis méchante, très méchante. Ou franche, je n'sais plus. Mais au moins moi je réponds, je fais la conversation, méchament je vous l'accorde, mais je suis là, moi, on peut me raconter ses problèmes, sa gloire ses ennuis ses ébats, ses amours, ou toute autre connerie. SOS amitié c'est moi. Je crois. Je suis de moins en moins désagréable, et ça me fait penser a je ne sais qui qui a dit on n'est pas méchant comme ça, on est méchant parce qu'on va mal, le contraire n'est pas aussi simple, je cite toujours les noms de chansons que j'écoute, en pensant qu'elles ont été écrites pour moi, en aimant les auteurs et les.. ceux qui m'ont fait découvrir, même si je sais qu'il ne faut pas, qu'ils ne savent pas, que je ne sais pas.

The long blondes, once and never again (tiens tiens), quelques autres morceaux dans le genre.. non ça fout pas la pêche, Aucune émotion ne s'affiche sur ma visage, rien dans mon regard vide, je suis figée. Ma playlist est ma playlist, on ne se ment jamais.

And somehow, this hell is home.